Le Grand Port Maritime de Nantes St-Nazaire en colère


Les représentants de la place portuaire de Nantes St-Nazaire déplorent la décision de l’Etat qui, au travers de sa stratégie maritime, les ignore

 captureportnantesstnazaire.jpg

Au moment de la discussion parlementaire de la Loi pour la croissance bleue qui fait suite aux travaux de la commission présidée par le Député Arnaud Leroy, le gouvernement a annoncé sa volonté d’améliorer la compétitivité de trois ports français. En effet, l’Etat a confié  à des parlementaires les missions d'étudier le développement des ports du Havre, de Dunkerque et de Marseille, cités comme "les principales portes d’entrée maritimes internationales du pays ". Les représentants du Grand Port Maritime de Nantes St-Nazaire note dans un communiqué que «  cette volonté politique fait fi du Port de Nantes Saint-Nazaire, pourtant quatrième Grand Port Maritime de France et 1er port de la façade atlantique ».

L'Union Maritime Nantes-Ports, la CCI Nantes St-Nazaire et le 1er collège du Conseil de développement du Grand port maritime expriment leur incompréhension vis-à-vis de cette décision, qui "illustre une nouvelle fois le désintérêt de l'Etat pour ce complexe portuaire, lequel représente 25 000 emplois directs et induits dans sa zone d'influence " notent-ils.    

Le plan stratégique 2015-2019 du Grand Port Maritime de Nantes St-Nazaire affiche la volonté de conforter les trafics existants - énergétiques, agro-alimentaire, conteneurs -  et de développer les activités liées aux énergies marines renouvelables ainsi que les autoroutes maritimes dans le cadre du traité Franco-Espagnol destiné à faciliter le report modal.  

Les acteurs portuaires ont également précisé  l’importance de la façade Atlantique qui doit être une porte d'entrée maritime performante au même titre que les autres façades choisies par le Ministre Alain Vidalies.