La Confédération du Nautisme et de la Plaisance est née

En mars dernier, l’appel pour une mer libre (www.merlibre.fr),lancé par les organisations professionnelles et associatives, a recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures en quelques semaines.

De cette dynamique est née, en juin, la Confédération du Nautisme et de la Plaisance.

null


Véritable expression d’une composante majeure d’une société civile maritime, qui représente un tissu économique et social de plusieurs dizaines de milliers d’emplois et de près de neuf millions de pratiquants, cette nouvelle structure souhaite désormais faire entendre sa voix dans les domaines qui intéressent plus particulièrement le partage, les usages, la gestion et la mise en valeur des espaces marins, lacustres et fluviaux.

Engagés dans le développement durable des régions métropolitaines et ultramarines, les membres de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance réaffirment ainsi leur participation comme essentielle et incontournable à la prospérité économique et au rayonnement culturel de la France.

Elle entend être un acteur majeur des grands débats de la communauté maritime en devenant notamment l'interlocuteur privilégié des pouvoirs publics nationaux, régionaux et locaux.

Pour 2015/2016,elle se donne ainsi comme premiers axes de travail de :
  • Contribuer activement à la valorisation des espaces marins dans le respect de la liberté des pratiques et des usages nautiques, en devenant un acteur reconnu du développement durable
  • Affirmer la place de la Confédération comme interlocuteur des pouvoirs publics et promouvoir durablement les cultures et les pratiques nautiques de chaque territoire
  • Valoriser les apports économiques et sociaux du nautisme comme composante essentielle de la croissance bleue des territoires.

A travers ses membres, la Confédération du Nautisme et de la Plaisance représente :

  • 9 millions de plaisanciers(Fédérations sportives, clubs et associations: 3 millions de pratiquants réguliers dont 900000 licenciés/ 6 millions pratiquants occasionnels)
  • 5 000 entreprises
  • 5 0000 salarié
  • 570 ports de plaisance maritimes, fluviaux et lacustres

Le poids économique direct du secteur est estimé à 5 milliards d’euros