Demain la Méditerranée

« Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse… » . C'est Albert Camus qui prononça cette phrase, le 10 décembre 1957 à Oslo, à l'occasion de la remise de son Prix Nobel

capturerencontresmonaco.jpg

Le monde et plus précisément le monde méditerranéen, il en sera question les 17 et 18 mars prochain à Monaco lors des VIIIè Rencontres Internationales Monaco et la Méditerranée. Pendant deux jours au Musée Océanographique de Monaco, des experts renommés seront présents pour traiter de sujets d’actualité. Cette année, le changement climatique et ses effets sur les sociétés méditerranéennes seront au cœur des débats. Cette  huitième édition des Rencontres se propose en effet de mettre en lumière les problèmes posés par les bouleversements environnementaux, la mutation des sociétés et tentera d'apporter quelques pistes de solutions pour ralentir ces effets. Une vingtaine de spécialistes du Sud et du Nord de la Méditerranée débattra de la thématique retenue : "Demain la Méditerranée. Comment habiter le monde autrement ? ".

La Méditarranée, une zone vulnérable

Parmi les nombreuses conférences et tables rondes, une retient l'attention: " Penser "l'anthropocène" en Méditerranée " présidée par M. Thierry Fabre, essayiste et  fondateur des Rencontres d’Averroès  avec M. Jacques Grinevald, de l'Institut de Hautes Études Internationales et du Développement (IHEID), Genève, et membre de l’Anthropocene Working Group (International Commission on Stratigraphy) . Selon Paul J. Crutzen, Prix Nobel de Chimie, nous serions entrés dans "l’anthropocène", nouvelle ère géologique caractérisée par l’impact de l’activité de l’homme et de son expansion démographique, sur l’environnement.  Crise environnementale transitoire ou révolution géologique inédite ? Cet impact nous oblige-t-il à penser une nouvelle alliance avec tous les vivants – biosphère – et à renoncer à l’homme prométhéen ?
Si  l’anthropocène  est un phénomène planétaire, ses effets n’en sont pas moins locaux. La Méditerranée, en tant que mer et que terre, est une zone particulièrement exposée aux changements climatiques, et donc particulièrement vulnérable. Acidification des océans, entropie de la biodiversité, désertification et montée du niveau des eaux sont autant d’effets secondaires de la pression anthropique, du tourisme de masse notamment,  qui modifient en profondeur le littoral méditerranéen. Comment la Méditerranée peut-elle réagir à ces dérèglements climatiques qui génèrent de graves problèmes comme la gestion de l’eau ? Les conséquences sociétales de ces dérèglements climatiques sont graves en Méditerranée. En 2013, 22 millions de personnes ont été déplacées du fait de catastrophes climatiques ; en 2050, elles seront plus de 250 millions. Quelles interactions se feront en Méditerranée  entre ces nouveaux venus et le climat ? Quelles solutions les Etats méditerranéens doivent-ils mettre en place pour gérer leur fragilité ? Et quelles conséquences politiques faut-il attendre de ces afflux humains ?  Autant de questions que soulève "l’anthropocène" ! Passionnant et angoissant.

De Monaco au Caire

Ces Rencontres placées sous le Haut Patronage de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco et en partenariat avec le Musée Océanographique de Monaco, s’inscrivent pleinement dans la politique engagée par Monaco sur le développement durable et dans la continuité de la COP 21.  M. Pascal Canfin, Directeur général du WWF France et ancien Ministre délégué chargé du Développement  et M. Alaa Al-Aswany, écrivain égyptien et auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels son roman "L'immeuble Yacoubian", paru en 2002, un véritable phénomène d'édition dans le monde arabe, traduit dans une vingtaine de langues et qui a fait l'objet d'adaptation cinématographiques et télévisuelles.